gris 5XL Fuxitoggo Ensemble de survêteHommest Causal pour Hommes Col Mandarin SurvêteHommests de Sport Veste Classique de Jogging Pantalon Pantalon Haut de Sport à glissière complète (Couleur gris, Taille 8XL)

Ainsi parlait Zarathoustra

Concord 2004S.A. wl0983Porte-bébé Wallabee, Cosmic, noir

« J’aime ceux qui ne vont pas tout d’abord chercher par-delà les étoiles une raison de décliner et êtres des victimes: mais ceux qui se sacrifient à la terre afin que la terre soit un jour celle du surhumain »

Nietzsche Chap 4

Notes:

L’homme, ce pont entre l’animal et le surhomme. Voyez le surhumain comme un idéal, idée similaire à celle d’humanité chez Alain.

Bleu 43.1 3 Lafuma Shift Knit M, Chaussures de Randonnée Basses Homme

Sur la raison

Kandinsky, Segment bleu

Le plus grand respect dont l’on puisse faire preuve à l’égard de nos semblables est de les considérer en premier lieu en êtres de raison, et la plus grande vertu sociale de l’homme est de s’adresser d’abord à la raison et non d’abord à la passion. La politesse n’est pas seulement une marque de respect, elle pose un cadre qui ouvre à la discussion, c’est une manière de dire : « nous qui ne nous ne connaissons pas, nous pouvons désormais converser respectueusement même si nos opinions diverges ». Quand l’affection entre en jeu, la raison peut parfois gagner en discrétion.

Qu’est-ce que la raison, qu’est-ce que raisonner ? La raison est une faculté de l’esprit, c’est-à-dire quelque chose que l’esprit peut faire, ici, la faculté de manipuler les concepts, autrement dit d’associer entre-elles des représentations mentales que l’on peut définir suivant une polysémie variable. Pour simplifier, le concept englobe toutes les possibilités définitionnelles d’un mot. L’idée de rouge est par exemple associée au concept de couleur, concept qui peut signifier soit l’ensemble des variations de la lumière, soit chacune de ces variations prises individuellement. « Objet » est un autre concept regroupant les choses artificielles et ayant une utilité pour l’homme. Raisonner, c’est relier ou associer ces concepts, ici «un objet rouge ».

La raison peut brasser ensembles d’innombrables concepts, de représentations concrètes aux idées les plus abstraites. Tout raisonnement peut se décomposer en une multitude de principes premiers, d’axiomes, et de postulats. Par exemple, la formule « les hommes naissent libres » est d’emblée comprise par l’assemblée. Pourtant elle se compose de trois concepts quasiment indéterminés en eux-mêmes, que je résumerai, pour ne pas à digresser trop longtemps par, qu’est-ce qu’un homme, que veux dire naître, est comment définir la liberté ? Vous avez là matière à disserter pour chacun des termes.

On associe généralement la raison au concept d’intelligence en ce que l’intelligence est la capacité de faire des liens entre les choses. Cependant la relation n’est pas de causalité, car on peut supposer un homme raisonnant beaucoup sans pour autant faire preuve d’intelligence, par exemple en raisonnant toujours à partir des mêmes concepts, et mutatis mutandis, observer des animaux faire preuve d’intelligence sans que l’on puisse affirmer qu’ils manipulent des concepts, comme tout animal utilisant un outil pour se nourrir.

Quand un raisonnement a recours à des concepts que l’on ne peut extraire de la seule expérience, on parle d’abstraction, c’est-à-dire d’idées considérées en elles-mêmes et dénudées de leur représentation sensible. L’art abstrait étant un art conceptuel, c’est-à-dire dont le contenu n’est pas représenté d’abord par la forme mais par l’idée.

La raison ne s’adresse qu’à la raison, et les passions n’atteignent que les passions. Vous ne pourrez pas lénifier la véhémence des passions d’un homme en argumentant rationnellement, car il faut la douceur d’un parent pour calmer les pleurs d’un nourrisson ; par contre pouvez tenter d’amener un homme en colère à raisonner en raisonnant avec lui, et ainsi lui permettre de comprendre sa passion pour qu’il soit en mesure par lui-même d’en atténuer l’effervescence. La seule chose que l’on puisse faire avec une passion, c’est de la comprendre.

Par conséquent, le plus grand respect dont l’on puisse faire preuve à l’égard de nos semblables est de les considérer en premier lieu en êtres de raison, et la plus grande vertu sociale de l’homme est de s’adresser à la raison et non d’abord aux passions. En effet, la raison est la faculté qui permet aux hommes de faire Humanité, c’est-à-dire de s’élever au-delà de leur seule condition animal, ce qui signifie, soumis au seul déterminisme de la nature. La plus grande vertu de l’esprit est de s’efforcer à comprendre cette nature, et la plus grande utilité qu’un homme puisse avoir pour ses semblables est de leur permettre de comprendre la nature, car tout le mépris que les hommes peuvent avoir les uns envers les autres vient de ce que l’homme est ignorant. Un monde gouverné par la raison est un monde de paix, seulement il en va de notre nature que d’être des êtres de passions avant d’être des êtres de raisons, en un mot des animaux, car le désir est notre essence même en ce qu’il nous pousse à persévérer dans l’existence, ce qu’est le moteur (la loi) premier du vivant, qu’il soit animal ou végétal.

17/06/2019